sup {font-size:10px; vertical-align: 5%!important;}

Programme pour la métropole

Programme pour la métropole

Sécurité :

Pour une métro­pole pro­tec­trice, nous conser­ve­rons aux villes la plé­ni­tude de leurs pré­ro­ga­tives en matière de sécu­ri­té, tout en leur offrant l’en­tier sou­tien de la métro­pole pour qu’elles puissent exer­cer le plus effi­ca­ce­ment pos­sible leurs pou­voirs de police.

  1. Créa­tion d’une école de police muni­ci­pale à Lyon afin de rem­plir les nou­veaux besoins de fonc­tion­naires et sus­ci­ter des voca­tions citoyennes dans la popu­la­tion.
  2. Finan­ce­ment par la métro­pole de la for­ma­tion conti­nue des per­son­nels de police, pour allé­ger le bud­get des com­munes en ce domaine.
  3. Devant les lacunes fla­grantes de l’État sur ce poste, finan­cer la réno­va­tion des maté­riels – des parcs auto­mo­bile et infor­ma­tique notam­ment – dont les per­son­nels de la police natio­nale et
    muni­ci­pale ont besoin -.
  4. En par­te­na­riat avec les com­munes et la région, déve­lop­per un par­cours de citoyen­ne­té auprès des éco­liers, col­lé­giens et lycéens, en coopé­ra­tion avec les ser­vices de pro­tec­tion civile, les forces de police et la jus­tice.
  5. Impo­ser aux pri­mo-délin­quants mineurs, en par­te­na­riat avec les com­munes, le sui­vi d’un stage obli­ga­toire de citoyen­ne­té (ou “stage de sen­si­bi­li­sa­tion aux consé­quences de ses actes”).
    Alter­na­tif aux pour­suites judi­ciaires, le mineur tra­vail au ser­vice de la col­lec­ti­vi­té enca­dré par une asso­cia­tion : ramas­sage des déchets sur la voie publique, tra­vail social auprès des plus dému­nis etc.…
  6. Créa­tion d’une bri­gade métro­po­li­taine des trans­ports, pré­sente le soir notam­ment, la sécu­ri­té en ce domaine étant une prio­ri­té abso­lue. Faire de la sécu­ri­té dans les trans­ports en com­mun, une
    prio­ri­té.
  7. Face à la recru­des­cence des cam­brio­lages, mise en place du dis­po­si­tif « voi­sins vigi­lants », l’at­ten­tion
    réci­proques des uns aux autres étant source de sécu­ri­té pour tous. 

Mise en place de conven­tions :

  • Conven­tions entre le SYTRAL et les com­munes : elles per­met­tront aux poli­ciers muni­ci­paux d’entrer dans les bus sur le ter­ri­toire des com­munes pour assu­rer la sécu­ri­té
  • Conven­tions entre la Police natio­nale (ou Gen­dar­me­rie) et les polices muni­ci­pales : per­met­tant une mise en lien direct, radio, entre les deux enti­tés assu­rant une effi­ca­ci­té pour pro­té­ger nos habi­tants au quo­ti­dien
  • Conven­tions entre com­munes limi­trophes : per­met­tant le prêt de poli­ciers muni­ci­paux d’une com­mune à une autre per­met­tant en cas d’urgence de besoin d’agir sans être en sous-effec­tif

Écologie, Santé, Alimentation :

Pour une métro­pole rai­son­née, nous déve­lop­pe­rons une éco­lo­gie posi­tive plu­tôt que puni­tive, les habi­tants devant mieux per­ce­voir le lien entre les poli­tiques menées et leurs inté­rêts quo­ti­diens.

8. En par­te­na­riat avec la région, les com­munes et l’Éducation Natio­nale, mettre en place un temps de for­ma­tion pra­tique dans les éta­blis­se­ments sco­laires pour ensei­gner aux élèves les rudi­ments du tri et de l’é­co­no­mie d’éner­gie.
9. Orga­ni­sa­tion d’un concours annuel qui récom­pen­se­ra les meilleures actions en faveur de l’environnement, dans un esprit d’exem­pla­ri­té.
10. Pro­mo­tion des entre­prises éco-res­pon­sables et de leurs pro­duc­tions locales et éco­lo­giques, afin d’en­cou­ra­ger la consom­ma­tion de biens et de ser­vices res­pec­tueux de l’environnement. Inci­ta­tion fis­cale pour les entre­prises qui réduisent leur impact éner­gé­tique et envi­ron­ne­men­tal. Accom­pa­gne­ment des ini­tia­tives asso­cia­tives en matière d’é­co­lo­gie.
12. Faci­li­ter la vente directe entre pro­duc­teurs et consom­ma­teurs, le loca­lisme, les cir­cuits courts.Faire du ver­dis­se­ment des com­munes un des objec­tifs prio­ri­taires du PLU : plan­ta­tion d’arbres, démi­né­ra­li­sa­tion des places, parcs de sta­tion­ne­ment dés­im­per­méa­bi­li­sés.
12.bis. Enta­mer un plan de réduc­tion dras­tique des publi­ci­tés dans le domaine public
13. Objec­tif zéro plas­tique pour les per­sonnes publiques : écoles, col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et leurs éta­blis­se­ments publics. Étu­dier la pos­si­bi­li­té d’un retour des consignes de bou­teilles sur le ter­ri­toire de la métro­pole.
14. En par­te­na­riat avec le gou­ver­ne­ment, per­mettre la gra­tui­té des trans­ports en période de cani­cule afin de dimi­nuer l’émission de gaz à effet de serre et d’étudier le com­por­te­ment des habi­tants.

Mises en place immé­diates :

  • Géné­ra­li­sa­tion sur l’ensemble du ter­ri­toire des dis­tri­bu­teurs de pro­duits locaux en lien avec les coopé­ra­tives agri­coles (lien direct pro­duc­teurs-consom­ma­teurs)
  • Sanc­tua­ri­sa­tion des terres agri­coles : Mise en place d’un seuil au-des­sus duquel on ne pour­ra pas construire
  • Géné­ra­li­sa­tion des auto­mates de consignes de verre
  • Fonds d’accès au fon­cier pour les jeunes agri­cul­teurs pour sus­ci­ter une voca­tion en Métro­pole

Objec­tifs du man­dat :

  • 90% de pro­duits locaux dans les assiettes de nos enfants
  • 15% des façades végé­ta­li­ser pour assu­rer l’isolation des loge­ments

Transports et mobilités :

Pour une métro­pole fluide :
en matière de trans­ports, tout dog­ma­tisme est une erreur. Ni la poli­tique du « tout voi­ture », ni la poli­tique « anti-voi­ture » n’ont de sens. Il faut conci­lier les impé­ra­tifs éco­lo­giques et le carac­tère indé­pas­sable de la voi­ture, mode de trans­port indi­vi­duel aux­quels les Fran­çais sont atta­chés.

15. Favo­ri­ser les dépla­ce­ments en mode doux en aug­men­tant les pistes cyclables sur l’en­semble du ter­ri­toire de la métro­pole et en sub­ven­tion­nant l’a­chat de vélo à assis­tance élec­trique.
16. Créa­tion d’une carte uni­ver­selle de trans­ports, inté­grant toutes les mobi­li­tés : réseau TCL, train, vélos, trot­ti­nettes, etc.
17. Déve­lop­per le métro plu­tôt que le tram­way pri­vi­lé­gier le déve­lop­pe­ment du métro plu­tôt que celui du tram­way qui, rétré­cis­sant les voies de cir­cu­la­tion, pro­voque des embou­teillages et donc de la pol­lu­tion sup­plé­men­taire. Étendre de manière géné­rale le maillage et les horaires des trans­ports en com­mun.
18. Créa­tion d’un « RER lyon­nais » avec un maillage par arrêts régu­liers, per­met­tant de désen­gor­ger Lyon en faci­li­tant les tra­jets des tra­vailleurs rési­dant en péri­phé­rie, notam­ment une ligne RER Givors-Per­rache. On peut aus­si son­ger à relier les com­munes péri­phé­riques entre elles sans pas­ser par Lyon (ligne cir­cu­laire)
19. Pro­lon­ge­ment de la ligne de métro A jusqu’à Décines et Mey­zieu et à termes jusqu’à Saint-Exu­pé­ry. Sou­mettre en atten­dant la nou­velle conces­sion du “Rhô­nex­press” à un cahier des charges rigou­reux au centre duquel figu­re­ra la modi­ci­té du prix par voya­geur, l’en­tre­prise ne pre­nant que peu de risques et béné­fi­ciant pour l’en­tre­tien de l’ac­tion des col­lec­ti­vi­tés. A titre de com­pa­rai­son : À Genève, si l’on prend un billet d’avion, le train est gra­tuit jusqu’au centre-ville.
20. Bou­cler le péri­phé­rique. Favo­rable à l’ADS, mais assor­ti de plu­sieurs condi­tion : créa­tion de

  • Assu­rer un contour­ne­ment fer­ro­viaire :
    Govirs-Bri­gnais-Gorge du Loup
  • Revoir le tra­cé notam­ment au niveau de l’échangeur
    à proxi­mi­té des Hôpi­taux
  • Inter­ro­ga­tions au regard de la légis­la­tion
    Mont-Blanc

20. Bis. Fond de dota­tions per­met­tant aux com­munes de construire de grands parcs de sta­tion­ne­ment à l’en­trée de la métro­pole (Par­kings relais), à tarif réduit, per­met­tant de favo­ri­ser les trans­ports en com­mun.
21. Contre la pié­ton­ni­sa­tion géné­rale du centre-ville, qui entraîne des pro­blèmes de sécu­ri­té et une baisse de la consom­ma­tion pour les com­mer­çants, aug­men­ter le nombre de places de sta­tion­ne­ment. Plus les voi­tures tournent pour trou­ver une place, plus elles pro­voquent de pol­lu­tion.
21.bis. La pié­ton­ni­sa­tion doit être favo­ri­sées sur cer­tains sec­teurs au cas par cas, notam­ment
dans les sec­teurs tou­ris­tiques, comme dans les zones per­pen­di­cu­laires à la rue
de Saint-Jean.
22. Déve­lop­per et diver­si­fier les types de moto­ri­sa­tion propres (moteurs élec­triques ou à hydro­gène) au sein du parc auto­mo­bile de la métro­pole et du Sytral.
23. Déve­lop­pe­ment du trans­port flu­vial, créa­tion de plu­sieurs lignes, ain­si qu’une haute école de la navi­ga­tion et des fleuves
24. Tra­cer un véri­table contour­ne­ment fer­ro­viaire sur la ligne “Givors-Bri­gnais”, pour rac­cor­der Gorge de Loup à Lyon (déjà exis­tante mais non employée et remise dans le SRADET de la région) pour faci­li­ter la cir­cu­la­tion des habi­tants de la métro­pole.
25. Éta­blis­se­ment public gérant les trans­ports en com­mun, le Sytral ne doit plus agir en totale décon­nexion avec les besoins des muni­ci­pa­li­tés où il inter­vient. Appli­ca­tion dans cet esprit d’un prin­cipe de sub­si­dia­ri­té ren­for­çant le pou­voir des com­munes.

Mesures concrètes immé­diates : 

  • Pro­lon­ge­ment du Métro A jusqu’à Décines, Mey­zieu et à termes jusqu’à St-Exu­pé­ry
  • Dou­bler la capa­ci­té d’investissement du Sytral et réduire ses dépenses de fonc­tion­ne­ment
  • Créa­tion du « Sain­té-Lyon Express », RER reliant les deux villes
  • Bou­cler le péri­phé­rique

Développement économique :

Pour une métro­pole pros­père et dyna­mique : nous sou­met­trons notre action à l’exi­gence du loca­lisme en pro­mou­vant des entre­prises locales qui emploient et pro­duisent loca­le­ment (publi­ci­té gra­tuite, créa­tion d’un label etc.)

26. Déve­lop­pe­ment d’un ser­vice de garde d’en­fants et trans­ports en com­mun à tarif réduit pour les cher­cheurs d’emploi sans reve­nus. pour les per­sonnes actuel­le­ment en recherche d’emploi.
27. Sou­te­nir la for­ma­tion à la recherche d’emploi : com­ment rédi­ger un CV ? Abor­der un entre­tien d’embauche etc.
27.bis. Toute entre­prise sub­ven­tion­née devra accueillir des sta­giaires de 3ème et sus­ci­ter des voca­tions
28. En par­te­na­riat avec les com­munes, orga­ni­sa­tion d’un grand salon du recru­te­ment, pré­sen­tant les branches de métiers prin­ci­pales source d’emploi sur le ter­ri­toire de la métro­pole.
29. Favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment de la 5G, béné­fique pour les entre­prises car elle accé­lère la numé­ri­sa­tion des usines, les gains de pro­duc­ti­vi­té du back-office, le pilo­tage d’o­pé­ra­tions en temps réel par la migra­tion de l’in­tra­net vers le « cloud » etc.

Mesures concrètes immé­diates :

  • Bais­ser la fis­ca­li­té pour les entre­prises
  • Revi­ta­li­ser en prio­ri­té les centre-bourgs
  • Créa­tion d’emplois locaux non délo­ca­li­sables : Plan iso­la­tion, fonds d’accès au fon­cier pour l’agriculture…

Logement :

Pour une métro­pole accueillante : le pro­blème du loge­ment nous place devant cette alter­na­tive : ou den­si­fier l’ur­ba­nisme, avec réduc­tion des espaces de vie des habi­tants et miné­ra­li­sa­tion des sols, ou
inves­tir dans les trans­ports pour rap­pro­cher les villes péri­phé­riques du centre-ville de Lyon. Nous choi­sis­sons la seconde solu­tion, sans figer le parc immo­bi­lier métro­po­li­tain.

30. Déve­lop­per les trans­ports, notam­ment par la créa­tion du RER lyon­nais, vers les villes péri­phé­riques et les trans­ports vers les bas­sins de loge­ment exté­rieurs : Vienne, Vil­le­franche etc…
31. Lut­ter contre la concen­tra­tion de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique sur Lyon en jouant sur des avan­tages fis­caux à l’im­plan­ta­tion d’en­tre­prises sur les por­tions du ter­ri­toire moins actives.
32. Favo­ri­ser l’ac­ces­sion sociale à la pro­prié­té des loca­taires de HLM qui en ont les moyens, l’argent obte­nu étant réin­ves­ti dans la construc­tion de nou­veaux loge­ments et le déve­lop­pe­ment de l’offre de trans­port en com­mun.
33. Rendre l’attribution des loge­ments sociaux claire et trans­pa­rente, dimi­nuer la den­si­té de ces loge­ments, tout par­ti­cu­liè­re­ment dans l’ouest lyon­nais, par un méca­nisme de déconstruction/reconstruction.
34. Déclen­cher des logiques de baisse des prix de l’im­mo­bi­lier, en ren­for­çant par exemple les pré­ro­ga­tives de la SACVEL, qui, avec la SACOVIC et les autres bailleurs publics, qui doivent se com­por­ter comme de véri­tables pro­mo­teurs immo­bi­liers, pour dou­bler leur volume d’ac­qui­si­tion et pré­ve­nir une flam­bée sup­plé­men­taire des prix à Lyon et dans les sec­teurs à forte aug­men­ta­tion de prix.
35. Construire un plan de réha­bi­li­ta­tion “iso­la­tion” avec éta­blis­se­ment d’un par­te­na­riat entre l’État, la région, la métro­pole et les villes, entraî­nant une crois­sance des emplois dans le BTP et une baisse des fac­tures en éner­gie pré­ser­vant l’en­vi­ron­ne­ment.

Mesures concrètes immé­diates : 

  • Réta­blir de la trans­pa­rence concer­nant les cri­tères d’attribution au loge­ment sociaux
  • Démé­tro­po­li­ser pour per­mettre un loge­ment en dehors de Lyon, tout en revi­ta­li­sant cer­taines villes
  • Plan d’isolation ther­mique des bâti­ments du parc public, comme pri­vé
  • Maî­tri­ser les prix grâce aux outils et orga­nismes don’t dis­pose la Métro­pole de Lyon et ses com­munes

Solidarité :

Pour une métro­pole humaine et soli­daire : nous met­trons l’ac­cent sur les liens inter­gé­né­ra­tion­nels et la défense des plus fra­giles, pour sor­tir des logiques d’i­so­le­ment et de pré­ca­ri­té qui affectent les grands ensembles urbains.

36. Per­mettre un dépla­ce­ment aisé des mal­voyants sur tout le ter­ri­toire de la métro­pole,
les feux adap­tés étant uni­que­ment concen­trés dans les centre-villes, et déve­lop­per l’offre cultu­relle dans leur direc­tion, par exemple les livres en braille dans les biblio­thèques muni­ci­pales.
37. Créa­tion de struc­tures d’ac­cueil en zone rurale pour les per­sonnes en situa­tion de han­di­cap. Ain­si le centre d’ac­cueil pour adultes autistes, actuel­le­ment situé à Vénis­sieux dans un quar­tier sen­sible, serait mieux ins­tal­lé à Solaize.
38. 
Accueil dans des struc­ture mixtes des parents retrai­tés et de leurs enfants han­di­ca­pés, pour main­te­nir le lien paren­tal.
39. Éta­blir des lieux de ren­contre, où l’on orga­ni­se­rait des acti­vi­tés, pour évi­ter l’i­so­le­ment. On y pro­po­se­rait une assis­tance aux seniors, de l’aide juri­dique aux cours d’in­for­ma­tique pour appré­hen­der le monde moderne. Ces seniors pour­raient y aider les jeunes, pro­po­ser des gardes d’en­fants, mener des actions asso­cia­tives.
40. 
Créer, sur le modèle de la carte SNCF, une carte senior pour la culture don­nant accès pré­fé­ren­tiel aux confé­rences, aux musées, aux spec­tacles.
41. Construc­tion de loge­ments adap­tés avec espaces inter­gé­né­ra­tion­nels et de locaux com­muns pour accueillir mai­sons de retraite et mater­nelles, en s’ins­pi­rant de ce qui se fait de cet ordre à Seat­tle.
42. 
Créer dans la métro­pole des Mai­sons de la famille, au plus proche du quo­ti­dien, accom­pa­gnant par exemple les enfants atteints de troubles DYS. Aug­men­ter le nombre de places en crèche. Favo­ri­ser la mise en rela­tion des assis­tantes mater­nelles agréées et des parents. Amé­lio­rer l’offre en sou­tien sco­laire.
43. Amé­lio­rer les dis­po­si­tifs d’hé­ber­ge­ments d’ur­gence pour les femmes bat­tues et leurs enfants, pour évi­ter qu’elles aient à ren­trer chez elles après avoir dépo­sé plainte.
44. Mettre en place, à l’exemple des mai­ries admi­nis­trées par le Ras­sem­ble­ment Natio­nal, une mutuelle métro­po­li­taine pour favo­ri­ser l’ac­cès aux soins de tous les habi­tants.
45. Réser­va­tion d’un pour­cen­tage (10%) des loge­ments sociaux pour les étu­diants bour­siers et pré­caires.
46. Contrô­ler la dépense publique pour les “Mineurs iso­lés” par une ges­tion directe. 65% des MNA reven­di­qués étant en réa­li­té majeurs. 50 mil­lions d’euros en 2019, 60 mil­lions pro­je­tés en 2020… on ratio­na­li­se­ra l’emploi de cette somme au ser­vice des citoyens.
47. Baisse de la TEOM pour allé­ger la pres­sion fis­cale sur les ménages. Retour en ges­tion publique de l’eau, et la qua­li­té du réseau de dis­tri­bu­tion, la perte de 30 ou 40% de l’eau qui y cir­cule étant repor­tée sur ces mêmes ménages. Tarifs dif­fé­ren­ciés en fonc­tion de la fina­li­té de la consom­ma­tion.

Mesures concrètes immé­diates :

  • Mul­ti­pli­ca­tion des places en Ephad
  • Accom­pa­gner les familles vic­times de troubles DYS
  • Garan­tir 10% des loge­ments sociaux aux étu­diants les plus pré­caires
  • Baisse de 30% de la Taxe enlè­ve­ment ordures ména­gères
  • Favo­ri­ser la mobi­li­té et l’accès des trans­ports à nos Anciens
  • Favo­ri­ser la soli­da­ri­té inter­gé­né­ra­tion­nelle et la trans­mis­sion
  • Retour en régie publique de l’eau et tarifs dif­fé­ren­ciés en fonc­tion de la fina­li­té de sa consom­ma­tion

Éducation :

Pour une métro­pole des savoirs et de la culture : nous mène­rons un effort sans deux direc­tions, celle
de l’offre sco­laire, celle du patri­moine cultu­rel. La métro­pole doit être actrice dans ces deux domaines.

48. Réno­ver les éta­blis­se­ments sco­laires vétustes.
49. Végé­ta­li­ser les col­lèges, créer des jar­dins sco­laires.
50. O
uvrir un accès libre aux cours de col­lèges et à leurs équi­pe­ments spor­tifs pen­dant les vacances sco­laires, afin que les habi­tants du quar­tier puissent en béné­fi­cier.
51. Dres­ser des menus de can­tines à base de pro­duits bios et locaux.
52. Tou­jours sur le modèle de la carte SNCF, créa­tion d’une carte jeune mul­ti-usages : trans­ports, biblio­thèques, dif­fé­rents lieux cultu­rels etc…
53. 
Élar­gir les horaires d’ouverture des biblio­thèques, en soi­rée et le dimanche.
54. 
Billets à tarif réduit pour les publics défa­vo­ri­sés dans les lieux de culture : musées, opé­ra, audi­to­rium, aqua­rium etc.
55. Créer une appli­ca­tion spé­ci­fique à la culture, pour rendre l’offre cultu­relle plus lisible et attrac­tive à la fois.

Mesures concrètes immé­diates :

  • Favo­ri­ser l’accès et la créa­ti­vi­té au plus grand nombre
  • Elar­gir les horaires d’ouverture des biblio­thèques
  • Végé­ta­li­ser les cours des col­lèges

Démocratie locale et République :

Pour une métro­pole des com­munes et des citoyens : à force d’é­loi­gner les centres de déci­sions des habi­tants, ceux-ci finissent par s’é­loi­gner de la poli­tique au sens noble du terme. Nous ren­drons la métro­pole à ses habi­tants afin qu’ils par­ti­cipent acti­ve­ment à la vie de leur ter­ri­toire.

56. Sou­te­nir le déve­lop­pe­ment de fonds d’in­ter­ven­tion d’ur­gence, sous la res­pon­sa­bi­li­té directe des citoyens, qui déci­de­ront de leur emploi (voi­rie, équi­pe­ments, par vote des conseils de quar­tier. Orga­ni­ser des consul­ta­tions publiques sur les grands pro­jets struc­tu­rants de la métro­pole). A tra­vers une réelle concer­ta­tion avec les com­munes.
57. Per­mettre un réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive local à l’é­chelle de la métro­pole, sur la base d’une péti­tion ras­sem­blant 8% des élec­teurs ins­crits sur les listes.
58. Garan­tir le pou­voir des maires durant la tota­li­té du man­dat, en par­ti­cu­lier le pou­voir de police et en matière d’urbanisme.
59. Pro­cla­mer le ter­ri­toire comme « zone répu­bli­caine et laïque » dans lequel aucune sub­ven­tion clien­té­liste, com­mu­nau­ta­riste ou isla­miste ne sera accep­tée ou tolé­rée.
58. Lut­ter contre le phé­no­mène de « métro-spo­lia­tion », par le déve­lop­pe­ment d’un par­te­na­riat appro­fon­di avec les muni­ci­pa­li­tés, à tra­vers la par­ti­ci­pa­tion des com­munes dans l’é­la­bo­ra­tion des
PLU et la ratio­na­li­sa­tion des com­pé­tences par­ta­gées.

Mesures concrètes :

  • Redon­ner le pou­voir aux habi­tants à tra­vers des méca­nismes de bud­get par­ti­ci­pa­tifs et l’établissement du RIC
  • Garan­tir le pou­voir des maires, des com­munes et de la proxi­mi­té
  • Stop­per toute sub­ven­tion com­mu­nau­ta­riste ou isla­miste