sup {font-size:10px; vertical-align: 5%!important;}

damien monchau

damien monchau

Je m’appelle Damien Mon­chau, j’ai 33 ans, fervent patriote m’étant enga­gé au Ras­sem­ble­ment Natio­nal suite à l’élection de Marine LE PEN à la pré­si­dence de ce par­ti.

Après avoir tra­vaillé dans le domaine de la pâtis­se­rie pen­dant quelques années, j’ai pré­pa­ré et réus­si un concours de fonc­tion­naire de police, avant de vali­der une licence de droit public, et de conti­nuer mes études en mas­ter en droit public.

J’ai gagné la confiance de mes supé­rieurs par mon tra­vail achar­né et ma par­ti­ci­pa­tion active à chaque cam­pagne élec­to­rale. Suite à quoi je me suis vu confier dans l’urgence la direc­tion d’une cam­pagne muni­ci­pale par­tielle, par laquelle je devins en 2015, membre du conseil muni­ci­pal de Vénis­sieux, au sein duquel je pré­side un groupe d’opposition.

Je suis heu­reux d’être tête de liste de ma cir­cons­crip­tion et d’ainsi défendre les habi­tants de Cor­bas, Fey­zin, Saint-Fons, Solaize, Vénis­sieux contre la métro-spo­lia­tion !

Ma circonscription

Ma circonscription

Cir­cons­crip­tion J : Cor­bas, Fey­zin, Saint-Fons, Solaize, Vénis­sieux

Pla­cée entre la zone hyper-urbaine qu’est Lyon, et à deux pas de la cam­pagne rho­da­nienne, la cir­cons­crip­tion métro­po­li­taine « Porte du Sud » est un ter­ri­toire à dimen­sion humaine, qui offre à la fois tous les avan­tages et les incon­vé­nients de cette situa­tion géo­gra­phique à ses quelques 99 944 habi­tants.

Par sa posi­tion péri­ur­baine, sa socio­lo­gie, et son his­toire ouvrière et indus­trielle, cette cir­cons­crip­tion concentre en son sein toutes les dif­fi­cul­tés que connait actuel­le­ment notre pays : fer­me­ture d’en­tre­prises, chô­mage de masse, mais aus­si immi­gra­tion mas­sive encou­ra­gée tant par les poli­tiques natio­nales que locales, qui a induit chez cer­tains une dilu­tion du sen­ti­ment d’ap­par­te­nance à la nation consé­cu­ti­ve­ment au déve­lop­pe­ment du mul­ti­cul­tu­ra­lisme, source de conflit et d’une forte insé­cu­ri­té qui pol­lue le quo­ti­dien de cer­tains de nos quar­tiers.

Mais notre cir­cons­crip­tion détient éga­le­ment des mer­veilles de pos­si­bi­li­tés, de par la pré­sence d’une popu­la­tion glo­ba­le­ment jeune, volon­taire, et dési­reuse de faire chan­ger les choses, notam­ment par une acti­vi­té asso­cia­tive des plus dyna­miques, sou­vent tour­née vers l’autre, et qui a su gar­der une pro­fonde affec­tion pour son ter­ri­toire, mal­gré les dif­fi­cul­tés qu’ils y ren­contrent.

La cir­cons­crip­tion métro­po­li­taine « Porte du Sud » est un conden­sé des pires consé­quences du pro­jet de glo­ba­li­sa­tion, impo­sée aux Fran­çais contre leurs inté­rêts, qui eux, n’at­tendent qu’un déclic pour que leur ter­ri­toire devienne le havre de paix auquel ils aspirent, sur lequel le bon sens régne­rait enfin.

Contactez-moi !

contactez-moi !

12 + 8 =