sup {font-size:10px; vertical-align: 5%!important;}

Lettre ouvert d’Agnès Marion et d’André Kota­rac du 22 jan­vier 2020

Après la récente paru­tion des Ter­ri­toires conquis de l’is­la­misme de Ber­nard Rou­gier qui dres­sait une effrayante car­to­gra­phie des zones pas­sées sous la coupe des isla­mistes de toutes obé­diences, sala­fistes ou Frères musul­mans, voi­ci que la DGSI vient de trans­mettre au ministre de l’In­té­rieur un rap­port sur la même ques­tion. Clas­sé « secret défense », l’es­sen­tiel en a « fui­té » dans la presse. Il éta­blit un constat acca­blant : 150 quar­tiers sont en pleine séces­sion eth­no-reli­gieuse d’a­près l’a­gence de ren­sei­gne­ment, qui juge que le phé­no­mène prend des « pro­por­tions inquié­tantes ». Nous aler­tons l’o­pi­nion depuis des années sur ces pans entiers du ter­ri­toire natio­nal qui, sor­tant de l’or­bite répu­bli­caine, glissent sous la loi et les mœurs isla­miques. Les ser­vices de l’État en sont mieux infor­més que qui­conque.

C’est pour­quoi, Mon­sieur Col­lomb, nous nous adres­sons à vous dans le cadre de la cam­pagne répu­bli­caine et démo­cra­tique que nous menons pour les élec­tions muni­ci­pales et métro­po­li­taines. Vous avez quit­té le minis­tère de l’In­té­rieur il y a un peu plus d’un an, en lâchant cette sen­tence lourde de sens : « Aujourd’­hui on vit côte à côte. Je crains que demain on vive face à face ». Vous n’a­viez pas spé­ci­fié qui se trou­ve­rait en face de qui, mais il n’est pas besoin de déployer des tré­sors d’in­ter­pré­ta­tion pour com­prendre que vous fai­siez allu­sion au com­mu­nau­ta­risme isla­mique. Vous avez dis­po­sé hier des moyens de l’État, vous déte­nez aujourd’­hui ceux de la com­mune, nous vous posons donc, Mon­sieur Col­lomb, cette ques­tion simple : quels sont les quar­tiers de Lyon qui sont domi­nés par les isla­mistes ? Nous avons certes bien notre idée mais il est de votre devoir de por­ter à la connais­sance du public, dans un esprit de trans­pa­rence répu­bli­caine, toutes les infor­ma­tions en votre pos­ses­sion. Les Lyon­nais ont le droit de savoir !