sup {font-size:10px; vertical-align: 5%!important;}

Com­mu­ni­qué d’A­gnès Marion et d’An­dréa Kota­rac du 2 décembre 2019

Can­di­dats à la mai­rie et à la métro­pole de Lyon pour le Ras­sem­ble­ment natio­nal, nous avons ce jour adres­sé au Pré­fet du Rhône un cour­rier pour l’a­ler­ter sur la tenue d’une réunion publique. Pré­vue le dimanche 8 décembre à l’Es­pace Vivia­ni dans le 8e arron­dis­se­ment de Lyon, ani­mée par l’i­mam Nader Abou Anas, pré­di­ca­teur qui s’est fait connaître par ses décla­ra­tions théo­cra­tiques et miso­gynes, elle ras­semble en outre une nébu­leuse d’as­so­cia­tions com­mu­nau­ta­ristes, cer­taines liées aux Frères musul­mans, d’autres à la mou­vance sala­fiste. Tous ces acteurs, l’i­mam Anas en tête, œuvrent à la par­ti­tion eth­no-reli­gieuse de notre pays.

S’il ne fal­lait en don­ner qu’un exemple, une de ces asso­cia­tions fait cir­cu­ler sur les réseaux sociaux des visuels repre­nant cer­tains des ver­sets du Coran les plus agres­sifs contre les non-musul­mans, ain­si le ver­set 51 de la 5e sou­rate : « Ne pre­nez pas pour alliés les juifs et les chré­tiens, ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés devient l’un des leurs ». Quant à l’i­mam Anas, on lui doit cette sen­tence : « Que la femme sache que les anges la mau­dissent toute la nuit dans le cas où elle se refuse à son mari sans rai­son valable, et ce n’est pas ma parole c’est la parole du pro­phète ». Par-delà même le seul pro­sé­ly­tisme reli­gieux, on voit que ces per­son­na­li­tés indi­vi­duelles et col­lec­tives sont les agents d’in­fluence d’une idéo­lo­gie qui attente à l’es­prit des lois (et à leur lettre, les pro­pos men­tion­nés de l’i­mam pou­vant tom­ber sous le coup de la loi 2008 – 496 du 27 mai 2008 répri­mant les appels à la dis­cri­mi­na­tion sur le cri­tère du sexe), à la civi­li­té fran­çaise et à l’a­mé­ni­té publique chère aux Lyon­nais.

Atta­chés à la concorde natio­nale, à l’ordre public et à la séré­ni­té sociale qui doivent régner dans notre ville de Lyon, nous avons deman­dé au Pré­fet de pro­non­cer l’in­ter­dic­tion de cette réunion. Après la vague d’at­ten­tats isla­mistes des dix der­nières années, après ceux de la rue Vic­tor Hugo et du métro Laurent Bon­ne­vay qui ont tout récem­ment frap­pé les Lyon­nais, nous en appe­lons avec force à la lutte répu­bli­caine contre une idéo­lo­gie vio­lente et mor­ti­fère. Elle com­mence par l’in­ter­dic­tion des réunions où elle se pro­page et déchire le pacte natio­nal fran­çais. Sou­hai­tant que Mon­sieur le Pré­fet l’en­tende, nous pro­po­sons à tous les can­di­dats à la Mai­rie et à la métro­pole de Lyon de se joindre à notre appel.